L’aéroport s’engage à atteindre l’objectif zéro émission de CO2 d’ici 2050

Lundi, 23 Septembre, 2019

À l’occasion du Sommet mondial de l’ONU sur l’action climatique qui se tiendra à New York cette semaine, l’ACI EUROPE (association des aéroports européens) a rappelé l’initiative de l’industrie aéroportuaire face à l’urgence climatique. L’aéroport de Toulouse-Blagnac s’engage vers le zéro émission de CO2.

En juin dernier, l’ACI EUROPE (Airports Council International Europe), avait annoncé une résolution historique invitant ses 500 membres à atteindre l’objectif de zéro émission de CO² d’ici 2050, pour les émissions sous la responsabilité directe des gestionnaires. A ce jour, cet engagement a été signé par plus de 200 aéroports, reflétant leur volonté d’agir concrètement pour répondre aux enjeux climatiques.

Philippe Crébassa, président du Directoire d’Aéroport Toulouse-Blagnac, a déclaré : « Notre engagement dans le programme Netzero2050 est dans la continuité de nos actions pour une intégration durable dans notre environnement. Depuis 2010, nous agissons pour réduire nos émissions carbone, par exemple avec l’achat d’électricité 100% renouvelable, une flotte de véhicules électriques ou l’implantation d’une centrale photovoltaïque sur le toit du parc autos P2. De même, dans le cadre du programme Airport Carbon Accreditation de l’ACI Europe, l’aéroport est certifié niveau 2 et bientôt niveau 3. Le Netzero2050 est donc une initiative que nous rejoignons avec détermination. Nous sommes convaincus que grâce à des projets partenariaux comme COMMUTE (Toulouse Métropole) et Hyport (Région Occitanie), aux évolutions technologiques et à des choix d’investissement, nous serons en mesure de trouver les meilleures solutions pour décarboner nos activités aéroportuaires. »

Olivier Jankovec, Directeur Général de l’ACI EUROPE, a commenté : « L’engagement Netzero2050 s’appuie sur un solide bilan de gestion et de réduction des émissions de carbone dans l’industrie aéroportuaire européenne, au cours de la dernière décennie. Nous sommes ravis d’avoir franchi le cap des 200 aéroports engagés sur cet objectif, grâce notamment aux aéroports qui nous ont rejoint ces trois derniers mois : Aberdeen, Glasgow, Liège, Luxembourg, Malte, Salzbourg, Southampton, Turin et Toulouse-Blagnac. Nous nous attendons à ce qu’il y en ait encore d’autres, dans les prochains mois. »

Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la CCNUCC*, a indiqué : « Le rapport spécial du GIEC d’octobre 2018 est sans équivoque sur la nécessité d’atteindre l’objectif de zéro émission de CO² d’ici le milieu du siècle. Tous les secteurs de la société doivent travailler à la réalisation de cet objectif. Il est donc encourageant de voir l’industrie aéroportuaire accroître volontairement ses ambitions, et nous sommes impatients de travailler avec ce secteur vital. »

La date limite de 2050 est alignée sur les dernières données du GIEC et sur la stratégie de décarbonisation, établie par la Commission européenne et adoptée par le Conseil de l’Union européenne.

On compte déjà trois aéroports net zéro en Europe : Luleå, Ronneby et Visby, tous exploités par Swedavia.

En 2017, l’industrie aéroportuaire européenne s’était engagée à présenter 100 aéroports neutres en carbone, d’ici 2030. Avec 50 aéroports européens désormais neutres en carbone, l’industrie est en bonne voie de tenir cette promesse.

L’engagement Netzero2050 de cette année renforce les enjeux puisque les exploitants d’aéroports neutres en carbone n’auront pas la possibilité d’acheter des crédits compensatoires pour atteindre le statut net zéro.

L’ACI EUROPE considère en effet la compensation comme une mesure temporaire pour traiter les émissions résiduelles, que les aéroports devront remplacer progressivement par des réductions dans le secteur, à mesure que de nouvelles technologies de décarbonisation et de nouvelles opportunités se présentent.

La résolution restera ouverte aux aéroports qui ne sont pas encore signataires de cet engagement.

* Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques