Toulouse, capitale des transports du futur

Vendredi, 19 Avril, 2019

Après s’être affirmée comme la capitale européenne de l’aéronautique et des activités spatiales, Toulouse diversifie son savoir-faire en matière de transports et son approche de l’innovation.

Train ultra-rapide, voiture autonome, drones…Toulouse vise aujourd’hui une place parmi les champions des transports de demain. En quelques mois, plusieurs grands groupes et startups ont choisi la ville pour y développer leurs projets.

 

Hyperloop, téléphérique urbain, nouvelle ligne de métro et véhicules volants, la mobilité est au coeur du développement de Toulouse. La “cité rose” accueille de plus en plus de sociétés et de start-ups qui oeuvrent pour mettre au point les transports de demain.

EVA, ou plutôt “Electric Visionary Aircrafts” est une start-up qui s’est installée au sein de l’ancien aéroport militaire Francazal, depuis 2017. Cette société développe le premier réseau d’appareils volants électriques et autonomes. Pour les dirigeants de cette société l’écosystème économique de la ville rose a été un élément des plus déterminants.

La start-up EVA a pour ambition de développer un service de transports urbain aérien autonome et électrique. Un mode de transport propre d’un point de vue environnemental, et pratique pour les usagers.

L’élaboration de ces engins électriques est un marché en plein boom. Effectivement, de grandes entreprises telles qu’Airbus, Uber ou encore Renault se sont déjà positionnées.

Vahana, tel est le nom donné aux futurs taxis volants développés par le leader européen de l’aéronautique Airbus. Dans les faits, cet aéronef sera propulsé par huit moteurs à hélices fonctionnant entièrement à l’électricité. Au début, il ne pourra prendre en charge qu’une seule personne ou des colis. Mais il a pour vocation d’évoluer afin de pouvoir transporter jusqu’à 4 passagers.

L’intérêt d’un tel véhicule est de permettre aux usagers de rejoindre des plates-formes de transports telles que des aéroports ou des gares SNCF, depuis des toits d’immeubles.

Hyperloop a également posé ses valises à Toulouse.

La star up californienne est chargée de construire le train de demain. Un mode de transport capable de circuler à quelques 1.200 km/h. Un projet fou qui permettra, pour exemple, de relier Toulouse à Montpellier en seulement 25 minutes selon un récent communiqué de l’entreprise.

Hyperloop TT réinvite le transport ferroviaire traditionnel avec ses capsules supersoniques de 30 mètres de long qui peuvent accueillir près d’une trentaine de passagers.

Renault misait à son tour sur Toulouse en reprenant l’ancien site d’Intel et 261 de ses ingénieurs, pour y développer les logiciels qui équiperont les véhicules intelligents du groupe Renault-Nissan.